Comment effacer de la rouille

Mon premier tuto video pour photoshop permettant de supprimer rapidement de la rouille sur une photo.

Cette astuce n’est certainement pas nouvelle, mais plutôt pratique et permet de supprimer rapidement, en respectant les textures et la lumières pas mal de défauts de couleurs. Si vous avez d’autres méthodes pour faire ce job partagez !

Bon visionnage :

http://youtu.be/agpEcadLRks

Little planet

Je me suis essayé aux little planets pour la première fois à l’occasion de la création du calendrier des pompiers de Tignes 2014. Les tutos pour réaliser la manip avec les coordonnées polaires sous Photoshop sont assez faciles à trouver grâce à Google.

Dans ce post j’ai plutôt envie de partager les précautions à prendre lors de la prise de vue.

Une little planet c’est à la base un panorama à 360°. Les précautions à prendre sont donc :
- L’utilisation d’un pied
- Se mettre à niveau horizontalement et verticalement
- Et si possible utilisation d’une tête panoramique pour faire tourner l’appareil autour de la pupille d’entrer de l’objectif.

Pour l’assemblage du panorama il existe tout un tas de logiciels intéressants. Pour avoir quelques conseils, voici un lien : http://www.guide-photo-panoramique.com/test-logiciels-materiel-panoramiques.html.

Pour mes little planets, je n’avais pas de tête panoramique, mais le minimum reste le pied et la mise à niveau.

Stitched Panorama

Comme vous pouvez le voir, la base est un panorama. Mais pour que la little planet s’assemble correctement, il faut que les éléments du bord droit et gauche de l’image soient parfaitement au même niveau. Il faudra aussi prendre soin de recadrer l’image pour que l’élément par lequel commence l’image à gauche soit exactement celui par lequel elle se finit à droite. Comparez les images ci dessus et ci dessous.

Stitched PanoramaSur cet exemple, je me suis servi de la ligne de montagne pour recadrer parfaitement l’image afin que les deux bords s’assemblent correctement. Malgré mes précautions de mise à niveau le bord droit de l’image n’était pas à la même hauteur que le bord gauche. J’ai donc utilisé les outils de transformations de Photoshop pour corriger cela.

L’autre précaution à prendre est la disposition des personnages sur l’image, car si on souhaite conserver des proportions correctes il faut placer les sujets (personnages, immeuble, voiture …) dans la partie centrale.

Stitched Panorama

Dans cet exemple mes personnages sont sur le tier bas de l’image, la little planet qui en résulte déforme ces derniers. L’effet est bon pour une caricature par contre.

Stitched Panorama

Si on garde les personnages dans le tiers central, les proportions restent bonnes.

Stitched Panorama

Calendrier 2014 des Pompiers de Tignes

Pour la troisième fois, mes collègues et moi  avons voulu faire un calendrier de qualité avec un petit truc en plus.
Je me suis occupé de la parti prise de vue et "design" du calendrier, tandis que les idées ont été un débat entre nous afin de faire quelque chose qui nous plaise à tous.
Nous avions choisi le côté humour et décalé en 2013, et quelque chose de plus osé et un brin sexy en 2012.
Pour 2014 nous voulions un thème plus pompier, mais pas dans le classique camion rouge avec des gens qui posent autour. J’ai donc proposé de faire quelque chose inspiré par ce que l’on voit beaucoup avec la démocratisation de la GoPro, c’est à dire des images au plus proche de l’action façon "Close up". Pour ce faire, le fisheye 10.5 de Nikon était parfait. Pour dynamiser le tout, quitter le noir et blanc me semblait une bonne idée.
En photo comme en musique le contraste est toujours intéressant, alors j’ai proposé d’ajouter quelques "little planets" pour avoir d’un côté des images au cœur de l’action et de l’autre côté le plus loin possible comme si on observait les soldats du feu depuis l’espace. Ceci permet aussi d’avoir une petit touche inédite pour un calendrier de pompiers.

Voici un aperçu

Pour la suite, la version papier vous attend lors de nos tournées de distribution.

Strobist : Lampe frontale

Les forums et les blogs aident beaucoup pour trouver de petites idées et techniques bien pratiquent au quotidien pour les photographes. Je ne pense pas apporter l’idée du siècle mais juste partager une petite astuce qui m’a permise de faire cette image lors d’un petit run nocturne en vtt précédé d’une soirée de prise vu sous les étoiles.

02102013-_DSC6681

Je voulais avoir ce paysage de montagne étoilé en y incorporant mon VTT. Ma seule source de lumière était ma lampe frontale. J’ai fais une pose de 30 secondes pour le paysage, mais la lampe cramait tout ce qu’elle éclairait, je ne l’ai donc allumée que sur les 4 dernières secondes.
La qualité de l’éclairage est discutable mais sans lumière pas de photos et je suis bien content de ce souvenir.

EWS à Val d’isère

Les 24 et 25 août, le circuit de la coupe du monde d’enduro VTT a fait étape à Val d’Isère.
Première année d’existence pour ce circuit, dont les stars sont Nicolas Vouilloz (10 fois champion du monde de descente), Jérôme Clémentz, Fabien Barel, Rémy Absalon et Jared Graves, les trois premiers cités étant français.
L’enduro, c’est pour moi un retour aux sources et finalement ce que la plupart des pratiquants font entre pote le week-end, à savoir monter comme on peut vers un point qui nous permettra de faire la plus belle et longue descente possible.
Épargnée par la pluie de l’après midi, la première manche m’a permis de faire quelques images aux alentour du départ mythique de la descente des JO de 1992.

Air Jordan

Après un petit resto à discuter chaussures avec un fan de Air Jordan, j’ai saisi l’occasion pour faire quelques images des miennes, ainsi que quelques tests d’éclairages.

Pour les images de détails, seule la softbox avec le sb 900  a été utilisée. Le TriGrip est utilisé avec un sb 800, le tout déclanché avec des Cactus V5.
10052013-_DSC0197

La Grande Casse face nord de haut en bas

Un hiver durable mais magnifique, des conditions de montée idéales pour appécier l’effort,  une météo clémente, un bon pote et mon fidèle D7000 . Voilà nos compagnons pour cette ascension de la Grande Casse culminant à 3855 mètres d’altitude, ce qui en fait le plus haut sommet de la Vanoise.
La route choisie fut le couloir des Italiens en face nord en partant du refuge de Félix Faure où nous avons passé la nuit.
La descente, toujours face nord, fut excellente.
Comme souvent, les meilleures images sont celles qui resteront en tête car on ne peut pas tout shooter. Les températures imposent leur tempo et les sourires qui en disent long sont trop éphémères pour laisser le temps de déclencher.

Parfois, il faut juste profiter, car on monte aussi pour ça.

X Games Tignes, épisode IV

Dans l’univers du freestyle, des chevaliers volants se livrent une bataille sans merci pour la conquête du SuperPipe. Armés de ski ou de snowboard, leurs performances furent encore une fois de haut niveau.
A noter, la deuxième place d’Arthur LONGO, le retour sur le podium de Kevin ROLLAND, la victoire de Marie MARTINOD, Joffrey POLLEY-VILLARD, toujours stratosphérique, et l’incroyable yolo flip de IPod.

Edition différente pour moi car je n’ai pas fait partie des photographes officiels de Tignes contrairement aux éditions précédentes, l’occasion d’essayer de nouveaux angles car je n’avais pas accès aux abords des sites de compétitions.

Finalement, pas facile à trouver ces nouveaux angles, malgré l’utilisation des skis de randonnée, j’aurais bien aimé être armé d’un petit 300 ou 400 mm. Je n’ai pas fait d’image du slopestyle à cause de la météo.

Voilà ma petite sélection :

Making off : photo dans l’Aiguille percée.

Cette photo, c’est quoi ?

En fait, c’est la photo de couverture du calendrier des pompiers de Tignes.

©GregMistral_16092012-_DSC3785-ModifierCette photo était en tête depuis plus d’un an. Mais le temps, les disponibilités et la météo ont tendance à faire traîner un peu les choses.

L’intérêt de cette image, c’est qu’elle réunit deux symboles.

L’aiguille percée, qui est un lieu très connu de la station, et le grimper de corde qui est une épreuve sportive bien connue dans le milieu sapeurs pompiers.

Le choix du cadrage s’est imposé de lui même avec la lumière d’une fin de journée de mi septembre qui dessinait parfaitement l’aiguille et éclairait l’intérieur. De plus, la vue de l’Albaron à travers le trou était superbe.

J’ai entendu parler plusieurs fois de trucages, de photoshop, de "comment vous êtes montés"…

Mais alors comment on a fait ?

Dans mes premiers repérages je pensais monter par le côté est ( à gauche sur la photo ) assuré par un collègue depuis le bas en disposant si possible des points d’assurance. Sachant que pendant le repérage j’étais monté seul en baskets pratiquement jusqu’en haut. J’étais donc confiant.

Ceci pour y attacher 2 cordes au sommet. Une corde statique classique de 13mm qui devait servir à monter depuis le bas avec un système de pédale ( plus de détail ). L’autre qui est la corde à grimper en chanvre utilisée par les pompiers dans leur épreuve, accrochée sur la première. Le but de cette installation était de permettre au pompier de monter à la hauteur désirée, de prendre la pose en se hissant sur la corde en chanvre et de pouvoir se reposer en étant vaché sur la corde de 13mm servant à la montée. Accessoirement cela servait à ne pas tomber par terre à 8m de sol si les bras faisaient défaut. Pratique…

DSC09517_description

La mise en place.

Arrivés sur place, avec tout notre matos, je m’aperçois que le côté ouest est équipé d’un piton. L’escalade est courte, non verticale avec pas mal de prises. Seul le rocher qui s’effrite est un problème. Je décide donc de passer par là.

DSC09504

DSC09506Arrivé au piton, ce dernier me reste généreusement dans les mains. Je décide donc de mettre un coinceur (Friend) à  sa place. Plus psychologique qu’autre chose vu l’état du rocher. FAUT PAS TOMBER sinon c’est retour au sol.

Arrivé au sommet une petite plateforme confortable m’attend pour installer mon système décrit au dessus.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Niveau photo

Rien de spécial. Mon D7000, le nikkor 70/200 f2.8 et le nikkor 10/24mm.

Photoshop juste pour effacer la corde de montée.

La grande Sassière face sud

Pourquoi je vous parle d’une course de montagne alors que c’est un blog photo ?
Il y a deux raisons à cela.
La première c’est que le paysage était superbe. Une descente à ski dans une neige vierge sous un soleil couchant, le tout en surplombant une mer de nuages qui s’est déchirée à notre passage, nous permettant de trouver notre chemin et de profiter de notre glisse jusqu’au bout en admirant toutes les lumières du couchant dans un paysage magnifique.
La seconde c’est pour témoigner de l’efficacité du D7000 couplé au nikkor 18/200. En plus d’une très grande polyvalence, l’ensemble reste d’un poids raisonnable pour un reflex. De plus le froid extrême du sommet venté n’a pas beaucoup ému l’appareil. Alors que nous étions quatre à nous les geler sévère (je suis revenu avec trois orteils bleus), je n’ai constaté qu’une certaine mollesse de l’autofocus.
Certains diront : pourquoi se trimbaler un reflex là haut ? C’est lourd et encombrant, pourquoi pas un compact ?
Oui, certes. Mais niveau qualité et créativité le reflex garde un avantage : ses molettes très accessibles qu’il suffit de tourner, au lieu de devoir aller jouer dans les menus sans gants par moins 10000°C. Niveau batterie je ne suis pas sûr qu’un compact aurait tenu. Quand à la visée, un écran LCD gelé n’est sans doute pas d’une grande aide.
Mes regrets… il y avait tellement de choses à voir et à shooter que les plus belles images sont sans doute dans ma tête surtout qu’en haute montagne on ne fait pas ce que l’on veux particulièrement quand l’heure tourne.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.